Enquête 2019 sur les araignées : les savoyards ont répondu

Publié par Galerie Eurêka, le 30 septembre 2019   43

Xl epeire   bosses imgp2940

Les araignées « adoptées » par le Conservatoire

En prenant « sous son aile » les groupes des araignées et les punaises, groupes « orphelins » de tout organisme régional de suivi (contrairement aux libellules, criquets), le Conservatoire d’espaces naturels de Savoie s’est donné une double mission : améliorer la connaissance, et déminer les phobies dont souffrent ces mal aimés. L’enquête participative qu’il a conduite durant la saison 2019 sur les araignées a bien rempli ce double objectif : scientifique, et pédagogique. Une action menée en partenariat avec la Galerie Eurêka et son exposition « Au fil des araignées », ainsi que le Dauphiné Libéré dont les « relances » ont suscité plusieurs pics de contributions dans l’été !

Une bonne réponse, et un bon dialogue !

A ce jour 183 observateurs ont participé, de manière à peu près équilibrée entre hommes et femmes.  Leur contribution a permis d’intégrer un total de 319 observations dans la base de données. Ces observations ont couvert 57 espèces (dont deux nouvelles pour la Savoie) et se sont réparties sur 104 communes savoyardes ; s’y ajoutent plusieurs contacts des 4 départements voisins, et même jusque dans les départements 66, 91, l’Alsace et la Normandie …

Plus de 350 réponses ont été  faites ; si la plupart consistaient en de simples « signalements », il y avait presque toujours un  questionnement : sur le mode de vie de l’araignée, sa dangerosité, les moyens de s’en débarrasser … mais le plus souvent de la préserver !

L’Argiope, star de l’été

Argiope frelon

Cette grande et belle épeire représente plus de 26 % des signalements : 2019 semble lui avoir été favorable, après plusieurs années de relative « éclipse ». Manifestement, les jardins constituent pour elle un refuge : iris, lavandes, framboisiers, dans une végétation souvent propice aux criquets et papillons, offrent un support solide et durable à sa toile, puis à son cocon. La plupart des autres observations sont faites dans le jardin ou dans la maison, où la canicule a poussé nombre d’araignées (dont beaucoup craignent  la sécheresse) à pénétrer.

Le rôle central de la photo

Des centaines de photos ont été envoyées, souvent macro et de bonne qualité, permettant d’identifier avec certitude une majorité des signalements. Les progrès des appareils compacts, mais surtout la généralisation des téléphones portables, permettent à tout un chacun de saisir sur le coup toutes les rencontres faites. Un formidable outil, transformant les milliers de paires d’yeux ouverts en permanence sur la nature savoyarde, de devenir autant de témoins de notre biodiversité « de proximité ».

Z. spinimana
Teg. atrica
 Mangora













L’enquête continue !

La connaissance de notre biodiversité, araignées et insectes, est encore très incomplète. Le Conservatoire poursuit donc son travail sur les araignées, punaises et autres « orphelins ».

Concernant les araignées, chacun est invité à continuer d’envoyer ses photos, en indiquant commune, lieu-dit, altitude, à cette adresse :

araignees@cen-savoie.org

Une mise à jour du catalogue illustré des araignées de Savoie sera faite d’ici à la saison 2020 ; la V0 est consultable ici :

https://www.biodiversite-savoi...