Retour sur la conférence « Les voitures autonomes bientôt dans nos rues ? »

Publié par Annecy Transition numérique, le 10 octobre 2018   44

Xl 58327

La conférence sur les voitures autonomes du 19 septembre 2018 était animée par Madame Sylvie Landriève (Forum Vies Mobiles) dans le cadre du cycle de conférences sur la transition numérique organisé par la Ville d’Annecy. Elle a rassemblé 70 personnes.

Les voitures autonomes promettent une réduction de la pollution et du nombre d’accidents – alors que 10 personnes meurent chaque jour sur la route, dans 90 % des cas à cause d’une défaillance humaine – tout en libérant du temps pour les conducteurs.

Elles émergent grâce à deux avancées technologiques : d’une part une performance accrue des capteurs, qui permettent de comprendre l’environnement et de positionner le véhicule en mouvement ; d’autre part des moyens de communication développés qui rendent possible le dialogue entre véhicules, et avec l’infrastructure routière.

Cinq niveaux d’autonomie ont été définis pour décrire les véhicules autonomes. Le premier est déjà atteint, car il concerne les services d’assistance à la conduite, par exemple lorsque le véhicule se gare seul, tandis que le dernier niveau est l’automatisation totale du véhicule. Les niveaux intermédiaires représentent une conduite partagée entre l’être humain et le véhicule autonome.

Le principal blocage réside actuellement dans les « passages de relais » où l’être humain doit reprendre le volant. Ni les industriels, ni les experts ne savent quand le plus haut niveau d’autonomie sera finalement atteint.

Les différents débats animés par le Forum Vies Mobiles ont montré que la population est déjà favorable à la voiture autonome, en contradiction avec les propos des professionnels du secteur.

Trois scénarios de développement des véhicules autonomes ont été imaginés.

Le premier scénario – mis en avant par les constructeurs automobiles – décrit une mobilité privée et individuelle. Une dégradation de la fluidité du trafic est à craindre étant donné que des véhicules pourraient fonctionner à vide, pour se garer ou aller chercher quelqu’un par exemple.

Le second scénario propose une mobilité collective et partagée. Les avantages des transports en commun seraient décuplés grâce à l’autonomie des flottes. Mais qui financerait ce projet ?

Enfin, le troisième scénario repose sur une offre privée de robot taxis à la demande. Elle réduirait le nombre de véhicules en circulation et intensifierait le partage mais poserait aussi la question de l’inégalité d’accès à la mobilité.

Beaucoup de questions subsistent donc autour des voitures autonomes et de leur place dans notre système de transport.



Photos © Quentin Trillot - Ville d'Annecy