Un "Geopark", késako ?

Publié par Geopark Chablais, le 28 novembre 2017   410

Xl chevennes bise credit tiffany sarre  3

L’histoire du label

  • 1991 : A la suite du 1e colloque international sur le patrimoine géologique et le géotourisme qui s’est tenu dans la Réserve naturelle géologique de Haute‐Provence, 4 espaces naturels protégés européens (la Réserve géologique de Haute‐Provence, la Forêt pétrifiée de l’île de Lesbos en Grèce, le Parc naturel régional de Vulkaneifel en Allemagne et le Parc de Maestrazgo‐Teruel en Espagne) décident d’établir une coopération transnationale sur le géotourisme.
  • 2004 : Création du réseau mondial (GGN : Global Geopark Network). L’UNESCO soutient ces réseaux. Les Geoparks sont alors un regroupement volontaire de territoires qui partagent les mêmes approches de préservation, valorisation et promotion de leurs patrimoines, en particulier leur patrimoine naturel géologique.
  • 2015 : durant l’Assemblée Générale de l’UNESCO, les 195 états membres votent la création du programme UNESCO « Programme international pour les géosciences et les géoparcs » (PIGG). Ainsi, les géoparcs du monde entiers se sont vus labellisés « UNESCO global geoparks » (label traduit par l’UNESCO « géoparc mondial UNESCO »).
  • 2018 : Il existe aujourd'hui 140 géoparcs mondiaux UNESCO dans 38 pays. La France en compte 7 : Parc des Bauges, Parc des Mont d'Ardèche, Réserve géologique de Digne, Parc du Lubéron, Parc des Causses de Quercy, le Beaujolais et le Chablais.

Unesco Global Geopark

L’UNESCO définit ainsi ce label :

« Un géoparc mondial UNESCO est un espace territorial présentant un héritage géologique d’importance internationale. Cet héritage permet aux populations de prendre conscience et de trouver les clés pour répondre au contexte géodynamique de la planète sur laquelle nous vivons tous ».



Pour en savoir plus : le dossier dédié sur le site de l'UNESCO

Les différents réseaux existants :