"Fab Lab : faire autrement tout en coopérant ?" : retour sur le rdv Entre midi & science (06/10/2020)

Publié par Audrey Popineau, le 4 novembre 2020   470

Xl img 7188

Vous êtes curieux des sciences ? Désireux de comprendre les sujets de société et leurs enjeux ? Chaque mois, un mardi de 12h30 à 13h30, la Galerie Eurêka propose des rencontres conviviales avec des scientifiques et des spécialistes, pour échanger et débattre sur un sujet de société.

Si vous n’avez pas assisté au rendez-vous « Entre midi & science » du mardi 6 octobre, sur le thème « Fab Lab : faire autrement tout en coopérant ? », ce résumé vous en donnera un aperçu.

Pour échanger sur ce thème, une rencontre s’est tenue à la Dynamo, où un Fab Lab (autrement dit Laboratoire de fabrication ») vient d’être installé : le Dynalab, atelier de fabrication numérique.

Trois intervenants étaient présents pour expliquer ce concept récent et ses enjeux : Amélie Rochas, cheffe de projet Fabrique numérique du Territoire au Grand Chambéry, Jean-François Jambut, Président du Fab Lab Le Prototype et Julien Costet, fab manager et médiateur numérique au Dynalab.  

Avec eux ont été évoqués l’historique, le rôle et le fonctionnement des Fab Labs, mais aussi les enjeux qu’ils représentent pour le territoire.

Liens Internet :

Dynalab 

Fab Lab Le Prototype 

  

  • Qu’est-ce qu’un Fab Lab ?  

Les Fab Lab sont des lieux organisés en réseau via une communauté de « makers », autrement dit « ceux qui fabriquent », qui emploient des machines à commande numérique. Habituellement réservées à l’industrie, ces machines sont mises à disposition pour permettre à toute personne de fabriquer soi-même presque tout !

  • Historique :

Le premier Fab Lab est créé en 2001 dans le sillage d’un cours initié au MIT en 2000 : « How To Make (Almost) Anything » (ou « comment fabriquer (presque) tout »).

Le modèle est ensuite exporté à l’étranger. Il est transposé à d’autres contextes, par exemple en Inde dans un village qui connaît des problèmes d’accès à l’eau et de régulation des flux, ou encore en Norvège dans le cas d’un village de bergers ayant des difficultés pour retracer la position des bêtes et les rapatrier le soir.

Ce concept de Fab Lab rencontre du succès et un réseau prend forme en s’appuyant sur la FabFondation. Aujourd’hui il y a environ 2 000 Fab Lab déclarés dans le monde

En France le premier Fab Lab ouvre en 2009, et aujourd’hui la France constitue le deuxième pays en termes de nombre de Fab Lab (après les Etats-Unis) et le premier quand cet effectif est rapporté à la population et la taille du territoire. 

La carte des Fab Labs est consultable sur : https://www.fablabs.io/labs/map

  • La fabrication dans les Fab Labs :

Les Fab Labs permettent la mise à disposition auprès du grand public de matériel numérique jusqu’alors accessible seulement aux professionnels.

Avec ce matériel, il est possible de faire quasiment tout, et cela sans avoir nécessairement des connaissances techniques ou en électronique. Ce matériel comprend à la fois de l’outillage traditionnel et des dispositifs à commande numérique. On peut ainsi trouver dans un Fab Lab : imprimante 3D, découpe laser, découpe vinyle, machine-outil à commande numérique (CNC), fraiseuse, robots, outils de sérigraphie, etc.

Par ailleurs, tout ce qui est produit dans un Fab Lab est open source (s'appliquant en particulier aux logiciels, la désignation open source implique notamment la libre redistribution et la possibilité d'accès au code source pour utilisation, duplication ou modification). 

Les produits réalisés sont extrêmement variés, ils peuvent aller des meubles aux outils pédagogiques en passant par les objets de décoration, les puzzles en bois, les transferts sur tee-shirt ou encore les objets personnalisés (mariage ou autres événements).

Le Fab Lab concourt tout particulièrement à des partenariats locaux, et est impliqué dans la valorisation de produits difficiles à recycler.

La réparation sera sans doute l’une des grandes évolutions, avec par exemple la fabrication de pièces cassées. Dans les services après-vente sont d'ailleurs dorénavant stockés davantage de fichiers que de pièces. Ces fichiers commencent à être mis à disposition.

L'offre des Fab Lab est elle aussi variée : ateliers grand public, stages enfants (par exemple « fabrique un robot par toi-même », dès 5 ans), artisanat numérique, accompagnement des étudiants (en partenariat avec le département Communication hypermédia de l'Université Savoie Mont Blanc), etc.

Le succès des Fab Labs vient du potentiel de fabrication mais repose aussi sur sa communauté et ses utilisateurs.

  •  La communauté du Lab :

Le public qui fréquente les Fab Labs est très varié : individuels, entrepreneurs, associations, institutions, chercheurs, ingénieurs, etc. Le public est autant féminin que masculin. Il est également intergénérationnel, tous les âges sont représentés, cela favorisant ainsi les rencontres entre générations.

Au sein du Fab Lab, chacun apporte ses compétences, ce qui forme une communauté de coopération, dans une logique de laboratoire libre et ouvert où chacun se trouve dans une position de chercheur. C'est un lieu de partage avant tout : partage de savoirs et de connaissances.

  •  Des projets portés par le réseau

Différents projets sont portés par le réseau des Fab Labs, par exemple :

- « Precious plastic » : des fichiers (plans, conseils, modes d'emploi pour la fabrication d'objets, etc.) sont mis à disposition en mode open source afin de permettre de recycler les déchets plastiques à petite échelle.

Pour plus d'informations sur ce projet

- « Main E-nable » : projet qui consiste en la fabrication de prothèses de mains, imprimées en 3D gratuitement, pour des enfants nés sans doigts ou poignet, ou amputés d’une main. Ces prothèses qui les aident à saisir les objets sont personnalisées par les enfants eux-mêmes. Le fait qu'ils puissent ainsi les personnaliser les aide en plus à être intégrés plutôt qu’isolés par leur handicap.

Pour plus d'informations sur ce projet 

- « Makers contre le covid-19 » : face à la crise sanitaire, un groupe « Makers contre le covid-19 » s'est constitué, au sein duquel une cinquantaine de makers savoyards se sont mobilisés, pour produire des visières de protection.

La démarche Fab Lab a permis une grande réactivité et l'évolution du modèle au fur et à mesure des tests. Plus de 5 000 visières ont ainsi été livrées gratuitement en deux mois en attendant que les collectivités puissent prendre le relais. Cet exemple montre la force du collectif. En Savoie, les makers ont pu compter sur l'aide d'un hôpital lyonnais en ce qui concernait les aspects matériau et désinfection.

Aujourd’hui les Fab Lab n’ont pas de reconnaissance « utilité publique » mais des dossiers sont en train d’être montés dans ce but.

  •  Enjeux pour le territoire

Les Fab Lab présentent de nombreux enjeux pour le territoire :

- enjeux économiques : encourager l'innovation, expérimenter pour développer la compétitivité et diffuser la connaissance

- enjeux sociaux : lutter contre les inégalités, y compris la fracture numérique, et dans ce sens participer à créer du lien social

- enjeux environnementaux : réparer, recycler, lutter contre l’obsolescence programmée

- enjeux éducatifs et pédagogiques : développer de nouvelles manières d’apprendre

Et l'enjeu véritable est de mettre en lien ces différents objectifs !

  

Sélection de questions :

Si on a un projet, comment procéder ? Est-on aidé, accompagné ?

Le développement d'un projet au sein du Fab Lab recouvre plusieurs démarches :

- un temps d’accueil libre pour découvrir le lieu

- le partage entre tous les utilisateurs

- le cheminement de prototype en prototype

- selon les cas sont proposés également des temps formalisés avec formation sur certaines machines (laser…) 

- Y-a-t-il un système de reconnaissance de la montée en compétences acquise au sein des Fab Labs ? (par exemple des open badges)

La mise en place d'un système de reconnaissance est en cours. Des open badges sont déjà mis en place à l’échelle des Fab Labs mais il y a une volonté d’élargir à l’échelle des formations

Concernant le métier de Fab manager, aujourd'hui deux formations sont reconnues. 

- Comment démocratiser cet outil ? 

Deux publics en  particulier sont concernés : les particuliers, et des professionnels tels que de jeunes diplômés ingénieurs qui ont davantage des compétences de gestionnaires que techniques.

Il s'agit de démystifier cet outil et de montrer qu'il n'est pas accessible seulement à des « geeks » mais à tous, même sans connaissances dans ce domaine.

Amener cette culture peut passer par plusieurs approches :

- via un fonctionnement par projets : comment l'utilisation des outils du Fab Lab peuvent faciliter certaines créations liées à des projets (par exemple réalisations dans le cadre du carnaval).

- par la finalité : comment parvenir à ce qu'on veut produire (il ne faut pas que ce soit la maîtrise de la machine en tant que telle qui soit le premier objectif)

Par ailleurs, des contacts sont pris avec des établissements scolaires pour travailler ensemble (lien avec l'éducation nationale). A Chambéry par exemple des projets sont  menés avec le collège Côte Rousse. Des projets sont aussi menés en lien avec d'autres dispositifs et structures, comme l'école de la deuxième chance (E2C) ou encore la Mission Locale Jeunes. L'exploitation de l'outil Fab Lab peut entrer dans de nombreux champs (enseignement, projet ou découverte professionnelle) : cours techniques, éducation artistique, parcours pédagogique, rencontre de référents numériques, etc.

 

RDV aux Fab Labs...

Les deux Fab Labs de Chambéry (l'un structure municipale, l'autre structure associative), complémentaires l'un de l'autre, vous accueillent ainsi pour vos projets :

- La Dynalab : bâtiment La Dynamo, 24 avenue Daniel Rops, Chambéry

- Le Prototype : 17 rue des Diables bleus, Chambéry